23 juillet 2013

A propos de black metal


Quand les organisateurs du Hellfest déclarent que "le black metal est par nature anti chrétien et sataniste" et " on ne déprogramme pas les groupes anti chrétiens", il convient non seulement de prendre ces propos tels qu'ils sont mais aussi de voir pourquoi l'ocultisme, le satanisme et l'anti christianisme pouvant déboucher sur la haine sont parties intégrantes du bm et dont Burzum n'est qu'une illustration.

Le black metal, et ce ne sont pas les commentateurs habituels du blog qui vont nous dire le contraire tant cela nous a été dit, n'est pas une "musique" comme les autres. Le black métal n'est en effet pas une "musique" comme une autre parce qu'elle ne s'écoute pas mais se ressent (ce qui n'a bien sûr rien à voir avec la grandeur et la qualité). C'est pourquoi  le concept ( cette notion revient d'ailleurs très souvent dans la bouche des groupes bm) est à la base de la musique bm et que cette conceptualisation est rarement gratuite : visuels, paroles, voix, instrumentalisation, mise en scène lors es concerts... 

Fondamentalement ( par nature), le bm est identitariste et individualiste avec la sublimation du soi. Et partant :  l'attrait pour l'occultisme et l''initiation, le paganisme et le satanisme au sens laveyen ou moins souvent violent et bien sûr l'adhésion à l'idée selon laquelle le christianisme serait l'ennemi de l'individu, de sa liberté d'action morale et intellectuelle. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la philosophie de Nietzsche qui voit dans le christianisme la source du déclin de l'homme et de la société impacte tant le bm. La religion et tout particulièrement la religion révélée, serait un frein à la réalisation de l'individu comme sur-être et à son marquage identitaire. Le christianisme-poison, une thèse aussi  défendue par la nouvelle droite.

Les conceptions identitaristes du bm au nom de la sublimation du soi et de la toute puissance individuelle justifient toutes les dérives, y compris la violence et la haine sans parler de toutes les transgressions subversives, le tout au nom de la liberté d'expression qui n'est en fait que la liberté de SON expression élevée au rang de valeur fondement.

Cautionné en effet par le culte de l'individu qui tend à pousser vers le sur-moi et donc vers une forme d'égocentrisme exacerbé et de confiance absolue en sa supériorité naturelle sur autrui, le bm représente pour beaucoup d'adeptes un outil de subversion face à une société et une culture perçues comme aliénante  dans la quête du sur-homme,.

Ainsi, si le bm est à l'origine une "musique" basée sur les concepts des ténèbres et de l'occulte, de la noirceur de manière générale, par son essence naturellement subversive, il a de facto intégré également dans son panel conceptuel le satanisme, ses symboles et son leitmotiv " fais ce que tu veux, telle est la loi".

Profondément anti-social et subversif, le bm prône souvent le nihilisme et la destruction de l'humanité. C'est ainsi qu'il faut interpréter les thèmes tels que le suicide ou la violence faite à son propre corps comme la scarification, la transgression, la guerre et les références cataclysmiques très présentes parce qu'ils subliment voire idolâtrent l'action ultime de l'individu maître de LUI et le sentiment de PUISSANCE. On est loin du folklore et du théâtre

Dans le cas de la thématique du suicide par exemple, le bm trouve le moyen de mettre en scène un sentiment de puissance qui se décèle dans le courage nécessaire pour appliquer à soi-même un acte hautement destructif. Le suicide est également perçu à travers une forte émulation qui renforce encore ce sentiment de puissance et de maîtrise : la propagande. On encourage ainsi les autres à se suicider (cf. le nom du groupe danois MAKE A CHANGE...KILL YOURSELF).

On retrouve la même mise en scène dans la thématique de la profanation de son propre corps, comme la scarification promotionnée par Marilyn Manson.

Le concept de puissance nietzschéenne précédemment évoqué nourrit de fait la révolte face à la "culture jugée aliénante",surtout la culture chrétienne, en valorisant, en opposition, les cultures du passé et païennes. Et c'est ici que viennent précisément se positionner le paganisme comme référent culturel idéalisé, la nouvelle religiosité au sens laveyen c'est à dire le satanisme et l'anti christianisme, l'occultisme.

Prétendre que le bm n'est pas un art qui transforme potentiellement une personne s'y adonnant avec assiduité, c'est se voiler la face ! L'individualisme, l'anti-religiosité, l'occultisme, le satanisme, le goût du sombre, l'épique et la puissance sous toutes ses formes, une certaine intolérance aussi sont autant de réalités véhiculées par le bm et qui ne sont pas développer un certain état d'esprit et ce d'autant qu'il est fondé sur le concept ( l'intellect) et le ressenti ( l'émotion). Le bm, de fait, entretient une course sans limite et sans autre but que la satisfaction du SOI et de la PUISSANCE. Une course qui peut entraîner  , en particulier chez les personnes en souffrance ou manipulables, des passages à des actes de la lus grande gravité ( profanation, suicide, meurtre) et/ou à être conquises par des idéologies nauséabondes : racisme et xénophobie mais aussi national socialisme, facisme, extrême gauche. 

"Sur ce point, il est indéniable que certains groupes de Black Métal appartiennent à la mouvance Néo nazie, notamment en Scandinavie. Dans le milieu Hardcore, l’éthique très stricte peu dériver rapidement vers le fascisme et c’est le cas de certains groupes qui glissent de l’extrême gauche vers l’extrême droite".

Ainsi, lorsque l'on se demande si le Black Metal est dangereux, c'est évident : le Black Metal, de par sa nature, est un vecteur de contre-valeurs sociétales et par conséquent condamnables d'un point de vue moral, surtout quand celles-ci sont en plus cautionnées et financées par les autorités publiques comme c'est le cas pour le hellfest.

Il convient aussi de dire que les metalleux, s'ils sont loin d'être en majorité des adeptes du satanisme, de l'anti christianisme et de l'occultisme ont quand même leur part de responsabilité dans leur soutien à ce festival : en effet, qui ne dit mot consent.

Addendum du 26 avril : metal et politique.

"Mobilisant des références qui évoquent implicitement et explicitement des extrémismes politiques, le fait social metal interpelle et retient l’attention de l’observateur. En l’occurrence, il s’avère qu’au-delà des idées reçues, les acteurs de ce fait social populaire, les métalleux, cultivent une esthétique du choc qui procède de la recherche de puissance et non de pouvoir. Les métalleux et l’esthétique qu’ils mobilisent, en « bricolant » avec des interdits sociétaux, et plus particulièrement en « bricolant » avec la symbolique et l’iconographie du régime nazi, s’érigent culturellement en marge de la société. Cette mise à l’écart est source de narcissisme chez les métalleux et est pourvoyeuse d’une pensée « élitiste ». In fine, l’instrumentalisation des extrémismes politiques par les métalleux procède majoritairement de la logique de subversion jusqu’au-boutiste consubstantielle à la musique metal."

111 commentaires:

  1. Petit complément à mon dernier billet sur le message subliminal, mais que je poste également ici, parce qu'en rapport avec ce dernier article de CPHCS.

    Préparant un prochain billet sur l'occultisme, je me permets de citer Aleister Crowley lui-même dans "Magick", à propos de l'utilisation du message inversé comme rituel satanique, et plus particulièrement du "Notre Père", chanté à l'envers par "Craddle Of Filth" :

    "D'autres procédés incantatoires aussi efficaces ont été consignés. Par exemple, Frater I.A. (3), lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, apprit qu'on pouvait invoquer le diable en répétant le "Notre Père" à l'envers. Il alla dans un jardin et s'exécuta. Le Diable apparut et lui causa aussitôt la plus grande frayeur de toute sa vie.
    Nous ne sommes donc pas vraiment certains de savoir à quoi tient l'efficacité des conjurations (1). La surexcitation mentale particulière requise peut même être suscitée par la perception de l'absurdité du procédé, et sa persistance dans celui-ci (2) (...)"

    source : http://www.paganguild.org/pissier/crowley/abachap9.html

    (1) par "conjuration", il faut bien entendu comprendre le mot "invocation"

    (2) Pour que le rituel puisse produire son effet, il faut avoir "la foi", c'est à dire croire fermement que ce qu'on veut voir arriver arrive réellement. C'est un peu dans ce sens qu'il faut comprendre le "do what you wilt" de Crowley. C'est d'ailleurs de ce "do what you wilt" que consiste la véritable magick.

    RépondreSupprimer
  2. Le Christianisme aussi (comme la plupart des religions) peut déboucher sur la haine. Faut-il pour cela bannir toute musique inspirée par le christianisme ? Chants grégoriens, gospels, rock chrétien, Soeur Sourire...

    Pour le reste, quel gloubi-boulga d'idées toutes faites et d'amalgames faciles ! Black Metal = extrême-droite (je schématise), c'est assez ironique de lire ça sur un blog qui reprend le slogan ("On ne lâche rien !") de "Printemps Français", les ultras de la "manif pour tous" qui sont, eux, clairement des cathos intégristes et d'extrême-droite. Pur hasard, sûrement...

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt bien ce billet qui a le mérite d'aborder le sujet au fond et avec des arguments. Je ne peux qu'encourager nicolaslebrun2000 à développer sa propre argumentation quant au sujet. En lui signalant, au passage, que le slogan " on ne lâche rien" existait bien avant le printemps français !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce billet. Maintenant, je saisis mieux de quoi il s'agit et comprends mieux aussi votre engagement. En attendant le billet de etienneweb dont j'aimerais lire les commentaires sur ce billet,
    cordialement

    RépondreSupprimer
  5. Bon article, pour une fois. Cela faisait en effet longtemps que le blog nous privait de reflexion sur le sujet.

    Pas grand chose à dire, à part : et alors?
    En effet, vous vous inquiétez de la "destruction de l'humanité" (tout comme d'autres voient dans le christianisme le "déclin de l'humanité"), mais ici j'ai du mal à voir comment cela pourrait inquiéter un non-chrétien. Alors au final, vous restez dans votre mythologie, les amateurs de bm restent dans la leur, et tout le monde est content.

    Ce serait intéressant d'en savoir plus sur vos pensées au sujet de la "Nouvelle Droite". Avez-vous lu Alain de Benoist? Loin des étiquettes d'extreme droite que lui collent souvent des gens plus à droite que lui, il est intéressant de voir la vision positive qu'il a de la culture européenne, loin de la réduction qu'ont pu opérer les dogmes chrétiens.

    Enfin, je suis tout à fait d'accord avec vous jusqu'à "l'individu maître de LUI et le sentiment de PUISSANCE.". Mais je ne comprends pas comment vous arrivez à " On est loin du folklore et du théâtre". Au contraire, vous semblez plutot mettre en lumière des éléments particulièrement théâtraux du bm.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a lu Alain de benoist (pas tout quand même faut pas pousser) et louis rougier ainsi que la thèse du christisme poison. Un thèse essentiellement construite dans une démarche dialectique ( la culture antique versus la culture chrétienne ) : le christianisme y est décrit comme l'ennemi de la liberté et de la culture européenne ( entre autres) et le paganisme des sociétés antiques plébiscité avec en perspective Nietsche et sa vision du sens de l'histoire qui serait paien et dont l'avenir de l'homme passerait par le surhomme".
      Vous pensez bien que nous ne partageons pas cette vision car cette "vocation historique au surhomme" n'est rien de moins que l'affirmation du soi et de sa puissance entendant être dieu à la place de dieu mais aussi le refus d'un ordre et d'une loi naturels avec toutes les dérives destructrice et mortifères de toute nature que l'on connait aujourd'hui ( eugénisme, euthanasie, avortement, procréation artificielle, dépistage trisomie, hédonisme, sexualisme, individualisme, matérialisme...).

      Supprimer
    2. Le christianisme a une portée universaliste. Il est pour tout le monde, et ce n'est pas vous qui allez me dire le contraire. La culture c'est la spécificité. La spécificité d'un peuple, d'une région, d'un environnement donné. L'universalisme chrétien s'oppose aux spécificités culturelles locales, qu'Alain de Benoist entend défendre. Louis Rougier a toujours été ouvertement anti-chrétien, mais ce n'est pas de lui que nous parlions. Alain de Benoist adopte une position qui le place en confrontation au christianisme, c'est vrai, mais ce serait très réducteur que de dire Alain de Benoist = anti-chrétien.

      Je rajouterai qu'il est intéressant de voir ce qu'il en est du christianisme et de la culture en Europe. Du temps du christianisme, celui a connu un long processus d'absorption à l'intérieure des cultures locales. Le christianisme s'est adapté aux traditions, il s'est transformé au contact des peuples européens : des fêtes païennes christianisées aux lieux sacrés réappropriés, en passant par des transformations encore plus profonde. L'Europe a divisé le christianisme. Les peuples de l'est de l'Europe, longtemps ruraux, ont conservé une vision du christianisme proche de celui des origines, avec une représentation très explicite et une symbolique particulière dans ses diverses manifestations régionales. Les puissantes monarchies du sud et de l'ouest de l'Europe (mais également en Europe centrale avec le Royaume de Pologne-Lithuanie) ont en revanche intégré leur rapport avec la notion de pouvoir dans leurs Eglises, avec une hiérarchie immuable du niveau du sacré, hiérarchie dans laquelle le souverain pontife est considéré comme le souverain des souverains, par toutes les nations se réclamant du catholicisme. Enfin les peuples pragmatiques et tardivement christianisés ont opté pour une forme de christianisme plus libérale et individuelle.
      Et si nous prenons dès à présent l'Europe contemporaine. C'est de loin le continent le moins religieux de la planète. La pensée européenne fait figure dans le monde entier d'attitude libre face aux dogmes. C'est ça aussi l'Europe, et le christianisme n'y est pour rien, bien au contraire! C'est l’œuvre de ceux qui ont choisi de remettre en question les vérités dogmatiques de la Bible.

      Supprimer
  6. @ nicolaslebrun2000,
    Idées toutes faites et amalgames : c'est parce que l'argumentation développée dans ce billet vous indispose ou parce que vous avez des éléments tangibles pour étayer votre propos ?
    Le christianisme est-il de la même nature que la religiosité de ce bm parce qu'il me semble que c'est quand même la question.
    à blog,
    Merci pour ce billet

    RépondreSupprimer
  7. Le Metal prône le suicide ? Ah... Rien de neuf sous le soleil, en somme...

    Je vais plutôt vous poser une question sur un détail de l'article qui m'a fait tiquer.

    Quand vous dîtes "Le black métal n'est en effet pas une "musique" comme une autre parce qu'elle ne s'écoute pas mais se ressent (ce qui n'a bien sûr rien à voir avec la grandeur et la qualité)." Pourquoi opposez-vous écouter et ressentir ? Toute musique s'écoute et suscite une émotion, non ?

    Au passage, mettre musique entre guillemet montre tout le mépris que vous avez pour ce style musical...

    RépondreSupprimer
  8. L'argumentation développée m'indispose, parce qu'elle est tissée tout du long d'une mauvaise foi incroyable. Exemple criant, la citation en fin de billet est tirée d'un article qui expose l'histoire du métal et qui, entre autres, démonte les préjugés qui l'entourent. Les deux phrases citées sont même tirées du paragraphe intitulé "Les préjugés", que l'auteur achève comme suit :
    "Mais il faut souligner que ce phénomène ne touche qu’une frange marginale du métal. Dans nos démocraties où 10% de la population avoue des sympathies d’extrême droite, la présence des idées fascistes dans le métal reste une fatalité. Pour conclure, ajoutons que le Métal n’est pas plus touché par ces idées que le Rock, le Punk, la Musette, l’Electro ou l’ensemble de la société."

    Autre exemple, cette fois d'affirmation sans fondement ni logique : "Le black métal n'est en effet pas une "musique" comme une autre parce qu'elle ne s'écoute pas mais se ressent". De la musique qui ne s'écoute pas mais se "ressent" ? Par opposition à quoi ? Le black metal serait donc la seule musique qui fasse ressentir quelque chose à ses auditeurs ? Ou est-ce à dire que le black metal, contrairement aux autres musiques, ne s'écoute pas par plaisir (impossible en effet d'aimer une musique si vilaine, bouh !) mais comme une sorte de propagande sataniste/neo-nazie/occulte/identitariste/suicidaire à laquelle le fan adhère nécessairement...

    Bref, on nage en plein fantasme, il faut redescendre sur terre et voir un peu la réalité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que vous appelez mauvaise foi et phantasme ( de l'autre bien sûr) n'est-il pas justement l'expression d'un certain esprit de supériorité propre justement au culte de l'individu ?
      " Cautionné en effet par le culte de l'individu qui tend à pousser vers le sur-moi et donc vers une forme d'égocentrisme exacerbé et de confiance absolue en sa supériorité naturelle sur autrui, le bm représente pour beaucoup d'adeptes un outil de subversion face à une société et une culture perçues comme aliénante dans la quête du sur-homme"

      Bien sûr que l'émotion suscitée est l'objet premier de la musique bm ! Une émotion plus ou moins savamment orchestrée et mise en scène en cas de concert et le tout au service du concept, d'un message si vous préférez. Pourquoi s'en offusquer, ce n'est d'ailleurs pas seulement vrai pour le bm ou la seule musique. Reste à déterminer la nature du concept et là le bm n'est pas l'oie blanche.

      Bien sûr enfin que le bm est traversé par ttes les idéologies athées et/ou thématiques mortifères ! Bien sûr que Nietsche n'est pas loin ! Bien sûr que Crowley et Lavey ne sont pas loin non plus. Et c'est de cela dont il est question. Ce qui ne signfie pas que TOUS les fans les partagent, ce qui n'a d'ailleurs jamais été écrit par le collectif.

      Avec des espaces qui portent les noms de The Altar, the temple et the valley, faut pas être sorti de saint cyr pour comprendre de quoi il s'agit. Et surtout, ne me posez pas la question car vous connaissez la réponse.

      Supprimer
    2. Peut être qu'il s'agit juste de faire un clin d'oeil, concernant le nom des scènes...
      Je cite Ben Barbaud, à ce propos :
      "On a gardé le principe des deux Mainstage, et après je crois que c’est notre graphiste qui a proposé ces types de noms. Je n’y ai pas mis mon grain de sel, on est une équipe et tout le monde avait l’air d’être d’accord. Il y avait des dénominations qui collaient bien aux styles, c’était aussi un petit clin d’œil, je trouve ça sympa. Ce n’était pas réfléchi, c’est sorti comme ça, on a trouvé l’idée bonne et voilà."

      Source: http://vs.vs-webzine.com/METAL.php?page=INTERVIEW&id_news=1428&droite=itwlst2

      Folklore, décorum, imagerie. Rien de plus.

      Supprimer
    3. Bonsoir Dudule :
      "Avec des espaces qui portent les noms de The Altar, the temple et the valley, faut pas être sorti de saint cyr pour comprendre de quoi il s'agit."
      Passons sur les Altar et Temple qui ont des noms éminemment cultuels, pas chrétiens forcément parce que notions bien antérieures aux prémices du christianisme
      Par contre, pour la Valley, je dois m'être fait recalé de Saint-Cyr, parce que je vois vraiment pas où vous voulez en venir en tout honnêteté... parce que
      1) Ce n'est clairement pas une tente ayant pour public ni pour programmation des groupes très axés occultisme ou anti-religion, Ghost faisant ici office d'exception à la règle...
      2) La "Vallée" ne me semble pas en soi une notion très évocatrice ni symbolique de la religion chrétienne, certes il y a la vallée des térébinthes où David combattit Goliath, celle du jugement dernier, la vallée des visions, la vallée des larmes mais ça me parait mince, d'autant que je ne suis pas persuadé que le comité qui a trouvé les noms de ces tentes ait cette culture-là...
      3) Personnellement, attendu que la programmation de cette tente est axée stoner rock également appelé Desert Rock, style cher à Ben Barbaud, j'avais pensé que c'est lié aux déserts et à la Vallée de la Mort ainsi qu'aux paysages de canyon des USA...
      Mais peut-être suis-je simplet, veuillez-donc éclairer ma lanterne si vous en savez plus ?
      Fraternellement
      Bakounine

      Supprimer
    4. @ Bakounine & Kaka,
      The Altar et The Temple : les connotations cultuelles sont en effet évidentes. De même que le culte en question et qu'illustrent les groupes qui y sont acceuillis.
      Le 3ième espace the valley est en relation avec les 2 autres pour former en 3 espaces ( 3 ??)un ensemble cohérent, le fruit d'un concept. Permettez-moi ne ne pas adhérer mais alors pas du tout aux propos de Ben Barbaud !!! "Ce n’était pas réfléchi, c’est sorti comme ça, on a trouvé l’idée bonne et voilà".
      The valley renvoie explicitement au psaume 23 en le détournant de son sens, en en inversant la signification biblique. Une inversion d'ailleurs mise en scène par Manson dans l'album Holly Wood : http://www.nachtkabarett.com/theThirdAndFinalBeast/Psalm23/fr

      Supprimer
    5. @ Dudule,

      Vous avez été plus rapide que nous !

      Supprimer
    6. @Dudule, PHCS,
      Mouais, permettez-moi d'être sceptique. J'ai une certaine culture religieuse, et je connais le psaume 23, mais votre explication sortie de votre chapeau me parait un peu tirée par les cheveux, excusez-moi!
      Compte tenu du contenu de cette tente, je serais plus enclin à accepter l'explication de Bakounine. Les vallées, les canyons, les déserts, c'est quand même plus dans l'imagerie Stoner rock/Stoner doom que les psaumes du roi David...

      Supprimer
    7. Dudule, vous faites probablement une overdose d'omniscience ou une crise de numérologie théologique.
      Les explications de l'organisateur ne peuvent être balayées d'une main par vos théories foireuses. Foireuses, parce que dès le départ vous partez du postulat "2 scènes pour former 3 espaces".
      Vous semblez oublier la 4ème, la Warzone destinée au punk et au hxc.
      Eh oui, la "Terrorizer tent" de 2011 s'est scindé en 2 tentes en 2012: la Valley.... et la Warzone.

      Bref, le festival est juste destiné aux amateurs de musique, pas aux théologiens venus en séminaire sur la symbolique cachée des chiffres. De fait, l'orga n'aurait aucun intérêt à concevoir le nom de ses scènes à partir des supputations que vous avancez.
      Le Hellfest, c’est pas Le Da Vinci Code hein.

      Supprimer
    8. @ Kaka,

      Libre à vous de ne pas adhérer à l'explication de Dudule qui me paraît quant à moi particulièrement pertinente mais au moins faîtes le en évitant d'utiliser un ton agressif.
      The valey, the temple, the Altar : des noms qui d'uen part n'ont rien à voir avec les autres noms mais qui ensemble prennent sens.
      Le psaume 23 détourné de sons sens par Manson : une illustration qui ne soufre aucune quant à elle aucune supputation, à condition d'être un tant soit peu objectif.
      Je suis bien ok avec vous : le hellfest, c'est plus sérieux que le da vinci code !

      Supprimer
    9. J'ajoute au post de Jean-Yves que Ben Barbaud a joué l'innocent et le surpris de la même façon quant à l'affiche du hellfest 2012. Vous savez celle conçue par son graphiste avec un visage que tous les chrétiens et beaucoup de non chrétiens ( radio metal s'en était fait l'écho) ont reconnu au premier coup d'oeil mais pas lui qui pourtant n'hésite pas à rappeler qu'il a fréquenté le catéchisme !

      Supprimer
    10. Vous devez sans doute parler de l'affiche de l'édition Popol : 2011, "our music, our religion", Cclle de 2012 "a new battlefield" étant d'avantage dans une thématique militaire.
      Même s'il y a des clins d'oeil à la religion, ça pourrait être Jesus comme n'importe quel gugus barbu encapuchonné.

      Quand bien même, qu'est ce qu'on en a à faire au final? La loi interdit l'utilisation et le détournement de l'image de Jesus?

      Jean-Yves: l'explication de Dudule en plus d'être fausse, est capilotractée. Après, on a toujours le droit de se raconter des histoires ou de se voiler la face pour contenter son incompréhension ou son intolérance.

      Supprimer
    11. "Quand bien même, qu'est ce qu'on en a à faire au final? La loi interdit l'utilisation et le détournement de l'image de Jesus?" Mon post avait pour unique objectif de démontrer la duplicité de Ben Barbaud.

      Supprimer
    12. @ Kaka,
      Encore une fois, libre à vous de ne pas adhérer comme à moi d'y adhérer en situant cet aspect dans un ensemble. Je ne me permets pas de jugements de votre personne en vous taxant par exemple de "buté laïcard", merci de faire faites en de même avec moi.

      Supprimer
    13. Vu l'application régulière qu'offre le collectif à juger le public et la musique metal à grand coup de suppositions diffamatoires, de généralisations et d'extrapolations, vous avez ma bénédiction si vous souhaitez taxer de laicard buté, je suis déjà blindé. ;)

      A ce propos, l'addendum illustre tout à fait mon propos, avec l'usage du fameux "les métalleux" qui veut dire tout et rien à la fois. Subtilement, on met tout le monde ou presque dans le même panier. Plus pratique pour agiter les épouvantails sans doute.

      Ce qui est d'ailleurs amusant, c'est de voir les sympathisants du collectif qui s'insurgent immédiatement lorsque la même méthode est usée à leur encontre. "Les catholiques" ceci ou cela.

      Supprimer
    14. Excusez-moi mais je n'ai rien lu sur ce blog que je commence à connaître comme quoi le public serait jugé. Il est juste mis devant sa responsabilité, ce qui vous déplait sans doute mais c'est plutôt normal et sain en démocratie, non ?
      Par ailleurs, la source proposée par le collectif dans l'addendum de ce jour me parait plus que de circonstance et qui plus bien loin d'un exité du bocal et auquel vous avez toute liberté de vous adresser.
      Jevois que malheureusement vous n'avez pas très bien compris ma remarque/jugement. Dommage !

      Supprimer
    15. Ça tombe bien, vous ne m'avez pas compris non plus. Rassurez vous, je m'y suis habitué avec Phcs, le blo qui croit soulever des tas de questions mais qui ne fourni quasiment aucune réponse à celles qu'on lui pose. L'incompréhension est le maître mot de ce blog, de toute manière. Et je m'étonne toujours autant de lire des propos sur le festival, émanant de gens qui se sentent autant inspiré sur la question... alors qu'ils n'y ont jamais mis les pieds une seule fois. Phcs ne fait que bricoler des articles sans une once d'objectivité depuis déja 3 éditions, cumulant désinformation et alarmisme, rien de plus.

      Supprimer
    16. "alors qu'ils n'y ont jamais mis les pieds une seule fois" : encore une fois vous affirmez sans savoir !

      Supprimer
    17. J'attends donc avec impatience votre premier billet en 3 ans, à propos de votre PROPRE expérience au Hellfest.
      Car oui, il est étonnant qu'en déjà 3 éditions, vous n'ayez fait que relayer les propos (triés sur le volet) de tierces personnes sur leur expériences dans le metal, autour du festival et pas encore fait état de vos propres témoignages in situ, dans l'enceinte du festival, sur 3 jours... et non depuis la fenêtre de votre bureau.
      Un "j'ai testé pour vous" serait donc le bienvenu car l'empirisme manque quelque peu à l'appel.

      Ca vaut également pour beaucoup de sympathisants du collectif qui donnent un avis sur un événement et une musique qu'ils ne connaissent qu'à travers ce que vous voulez bien publier.
      En même temps, je me demande s'ils veulent vraiment apprendre des trucs un minimum impartiaux, objectifs ou juste conforter leurs idées reçues.

      Supprimer
  9. PHCS:
    Que d'extrapolations!

    De prime abord, j'ai deux questions:
    1/ Pourquoi continuer à recycler en boucle une déclaration de l'orga, sortie de son contexte, datant de 2011? N'y a t il vraiment plus rien à se mettre sous la dent pour l'édition 2013 pour autant regarder dans le rétroviseur?
    2/Pourquoi faire l'usage de guillemets autour de musique, concernant le black metal?

    Je rebondis d'ailleurs sur les définitions de la musique BM. Il est courant de lire ça et là "le BM c'est ceci, le BM c'est cela".
    Là, on saute à pied joint dans les définitions sorties du chapeau de Sylvain Mirouf.
    Pourquoi distinguer le ressenti et l'écoute, puisque c’est l'écoute de la musique qui va procurer le ressenti. En toute logique, difficile d'éprouver quoi que ce soit en musique si l'on ne l'écoute pas et ce quel que soit le genre musical.
    Même si certaines formations s'en revendiquent, le BM n'a concrètement rien de plus élitiste que n'importe quel autre courant musical.

    Concernant le NSBM, si vous voulez vraiment informer le public néophyte, il convient également de quantifier le mouvement NS au sein de la scène mondiale BM.
    Selon le site metal-archives, seulement 350 formations de part le monde (et non principalement en Scandinavie, mais plutôt aux USA finalement) font du NSBM.
    Sur les 22536 groupes de BM référencés à ce jour dans le monde, ça représente presque rien.
    Je vous fait grâce du hors sujet sur le HxC qui arrive comme un cheveux sur la soupe dans l'histoire. Sans doute un mauvais copié/collé?

    Je me demande également ce que vient faire dans le sujet Marilyn Manson. Je comprend tout à fait que vous cherchez à étoffer votre billet par des liens hypertexte renvoyant à d'autres billets plus ou moins périmés, mais si vous voulez abordez la question de la mutilation et/ou du suicide dans le BM, RENSEIGNEZ VOUS. Des groupes tels que Shining, Silencer, Xasthur ou Selvmorrd sont parmi les groupes les plus connus de cette buissonnance du BM.

    A propos de votre déclaration - je vous cite "Prétendre que le bm n'est pas un art qui transforme potentiellement une personne s'y adonnant avec assiduité, c'est se voiler la face !", c'est enfoncer une porte ouverte. Mais vous n'êtes pas à une banalité près, je vous l'accorde.
    On pourrait effectivement remplacer "bm" par n'importe quoi d'autre dans la phrase, ça marcherait aussi.
    Ceci dit, avec du "potentiellement", on démontre tout et rien à la fois.

    etienneweb: Cradle Of Filth, avec un seul D. J'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi beaucoup de gens écrivaient le nom du groupe avec deux D. ;)

    RépondreSupprimer
  10. J'ajouterai que l'image d'illustration (Festival parisien "Black metal in rising", édition de 2009) qui n'a pas grand chose à voir avec le Hellfest finalement, programme en tête d'affiche DARKSPACE, un groupe de BM suisse qui ne prône strictement rien en matière de valeurs/idéologies/moralité, et dont l'esthétique générale est plutôt dans le délire SF, voyage spatial.

    Comme quoi....

    RépondreSupprimer
  11. Plusieurs choses à dire par rapport à ce billet qui comporte en soi pas mal d'inexactitudes. Tout d'abord il est une erreur fondamentale à notre époque de considérer le black metal comme un tout indissociable de groupes partageant la même imagerie, les mêmes visions, la même vision de la religion. Alors, certes il est très rare de voir des groupes de black metal chrétien. Et encore cela existe (même si sur des critères purement musicaux, on ne peut comparer l'efficacité des titres de ces groupes avec ceux des groupes "classiques" du black metal même si on pourra dire que le Hellig Usvart de Horde a un statut plus ou moins culte qu'Antestor a réalisé des œuvres tout à fait méritantes avec d'ailleurs sur certains albums Hellhammer au poste de batteur, lui qui est également batteur de Mayhem, groupe de black metal pur et dur s'il en est...)
    Mais au delà de cette simple dualité sataniste vs catholicisme, il est inconvenant de mettre tout les groupes de black metal dans le lot du satanisme ni même de l"identitaire et individualiste" comme vous l'appelez. en effet, à partir du black metal, musique censé être rigide et froide au départ, s'est greffé une immense scène alternative et progressive qui conservent du black metal des structures rythmiques et le plus souvent une technique vocale proche mais qui d'un point de vue esthétique et conceptuel pur en sont très éloignés. Les exemples sont myriades, la philosophie poétique d'un Dornenreich (dont les textes sont donnés en exemple traduit dans le livre du pêre Robert Culat "l'àge du metal" que vous connaissez certainement), la description presque médicale de la dépression chez Lifelover, les thèmes fantastiques proche de Wagner chez Carach Angren (hollandais volant, la dame blanche,etc...), Le mythe de Chtuhlu et les écrits de Lovecraft chez The Great Old Ones, Le seigneur des anneaux chez Summoning ou encore un nationalisme je dirais assez politique chez les québécois de Forteresse (qui ferait plus penser aux idéologies entendus dans les manifestations anti-mariage homosexuel et chez les membres "classiques" de l'UMP que chez des satanistes). et encore là, je ne vous prends que des groupes dont l'appartenance au black metal n'est que peu discuté.

    Alors, certes une vraie frange du black metal a utilisé ou utilise le satanisme comme base conceptuelle pour leur musique et ce depuis longtemps, à savoir que chez énormément de groupes, les thématiques satanistes ont vraiment tendance à décroitre avec la maturité du groupe (j'en veut pour preuve Bathory, groupe qui a presque tout inventé dans le black metal et qui après des premiers albums qu'on pourrait considérer comme porteur d'un message occulte gentillet et peu réfléchi, progresse vers des tout autres thématiques (historiques, batailles, etc) et vers un message athée (ce qui n'est pas un crime au passage) tout sauf sataniste (meilleur exemple, la chanson Born To Die de l'album Octagon "I am not of Jesus Christ I'm not and I am not a Satanic Child I'm not" (je ne suis pas de Jesus Christ ni ne suis un enfant de Satan..)

    RépondreSupprimer
  12. Suite du message :
    Pour ce qui est du message et de son interprétation, l'histoire démontre et le présent également que le lien direct entre un message et les faits commis en son nom sont des choses extrêmement complexes à démêler. Le parallèle avec les atrocités commis au cours du siècle par des hommes au nom des diverses cultes et religions ayant eu des adeptes est un parallèle facile, certes mais permet de mettre l'accent sur la possibilité qu'ont des êtres faibles et déséquilibrés d’interpréter n'importe quel message pour faire le mal, la dégradation de l'église dont vous parliez a-t-elle été commise et voulu par les auteurs des chansons qu'écoutaient les auteurs ? Vous me répondriez sans doute que ça a participé. Bien qu'il n'y ait aucune preuve, je vous répondrais un laconique peut-être. Pour autant, y-a-t-il nécessité de condamner et de prohiber l'expression d'une musique qui apporte du bonheur à des kyrielles de gens censés pour l'acte d'un infinitésimale minorité. En aucun cas. Si le message est souvent ridicule et profondément orgueilleux, il n'en devient pas condamnable pour autant...
    C'est comme si l'on disait qu'il fallait condamner le message des responsables du mouvement anti-mariage gay par rapport aux agressions récentes de personnes homosexuels puisque là-aussi, si je vous disais qu'il y a un lien, aucun être réfléchi ne pourra me dire autre chose que "peut-être"...

    De même, la provocation du nom et des paroles chez un "Make a Change... Kill Yourself" sont tellement énormes qu'aucun être censé ne saurait adhérer et prendre pour argent comptant cette position... D'ailleurs je n'ai pas eu vent de suicides effectués après écoute d'un album de ce groupe ou sortie d'un concert (j'y ai moi même survécu ^^). Propagande pour le suicide, n'avez-vous pas l'impression d'y aller trés fort. parce qu'à ce compte-là, autant interdire une bonne part des écrits romantique du 19ème (écrit souvent d'ailleurs par des auteurs puissamment catholiques conservateurs : Chateaubriand, Lamartine).

    De même, poser le paganisme en tant qu'anti-christianisme est un peu fort, autant considérer le bouddhisme, l'Islam, le judaisme, l'agnosticisme comme de l'anti-christianisme... Qu'un groupe veule raconter des histoires de dieux norvégiens ou de la guerre des Gaules en jouant de la cornemuse, je vois mal où est l'anti-christianisme là-dedans. Effectivement, souvent ce sont des histoires de bataille contre les chretiens mais il y a une vérité historique là-dessous, les guerres vikings les plus connues et la grande majorité d'icelles ont eu lieu contre des chrétiens (bien qu'il y ait eu quelques campagnes en Méditerranée avec des oppositions contre les maures au Xème siècle) et l'évangélisation de la Scandinavie a également été l'oeuvre de chrétiens, d'ailleurs en gros toutes les thématiques historiques européennes passe un jour ou l'autre par une évocation de la chrétienté (puisque l'Europe a des valeurs chrétiennes comme vous tenez tant à le rappeler). Si les valeurs et les théories défendues sont différentes, il n'y a pas lieu de considérer cela comme une haine et d'ailleurs je pense qu'une extrême minorité des groupes de pagan ont une vraie mythologie païenne de facto dans la vie (seul Arkona me vient en tête). Je pense que ce sont surtout beaucoup d'athées et agnostiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que le long commentaire de Bakounine n'inspire pas grand monde. C'est dommage de ne pas répondre, surtout lorsque quelqu'un ce donne la peine d'écrire un commentaire un peu élaboré.

      Je suis globalement d'accord avec tout ce qui est écrit ici, alors je me priverai de contre-argumenter. Je voudrais juste apporter quelques précisions sur le dernier paragraphe de la seconde partie.

      "poser le paganisme en tant qu'anti-christianisme est un peu fort", je dirai même que c'est anachronique. Ce que vous appelez paganisme est antérieur de quelques millénaires au christianisme, et croyez-moi il n'a pas eu besoin de se poser en anti-christianisme pour exister! Par contre on peut affirmer sans hésitation que le christianisme, au moins dans sa forme européenne, est un anti-paganisme. Le christianisme le revendique lui-même.

      "puisque l'Europe a des valeurs chrétiennes comme vous tenez tant à le rappeler" Ah, fameuse phrase que j'ai souvent lue et qui est très justement rappelée ici. Le christianisme est une partie des plus importantes de la culture et de l'histoire européennes, comme Bakounine l'affirme, et je ne reviendrai pas là-dessus, c'est une évidence. Mais ça ne veut pas dire pour autant que Europe et christianisme ne font qu'un! L'Europe n'a pas attendu le christianisme pour développer une identité culturelle propre. Aujourd'hui l'Europe conserve ses particularités culturelles tout en étant DE LOIN le continent le moins religieux du monde. Cette culture européenne peut donc être comprise indépendamment de la religion chrétienne. D'ailleurs il serait bon de dire que l'anti-christianisme fait tout autant parti de la culture européenne que le christianisme lui-même. La souffrance causée par le christianisme a marqué sans exceptions tous les peuples d'Europe, et cela se ressent dans leurs démarches culturelles. Combien de Rabelais, de Diderot, de Byron, d'Aragon, de Kivirähk peuplent nos bibliothèques? Bien sûr, cela concerne ces peuples à différents degrés. Pour vivre depuis plusieurs années déjà dans le nord de l'Europe, il est clair que l'opposition au christianisme est une partie importante de l'histoire, de la culture, et au-delà, de la conscience collective. Dans les chansons traditionnels, la poésie et la littérature au sens plus général, l'anti-christianisme est partout. Hier encore je jouais à un jeu de société estonien, dont le but était de combattre des prêtres pour protéger sa forêt. Je comprends que pour des catholiques de la Fille aînée de l'Eglise, il y ait ici un décalage culturel et une grande incompréhension de votre part, d'où vos multiples commentaires au sujet des groupes scandinaves. Le blasphème des uns ne l'est pas pour les autres, comme je l'ai souvent dit et redit, et votre incapacité à l'accepter vous conduira TOUJOURS dans une impasse. Cela me ramène à la discussion que j'avais commencer avec Etienneweb juste avant la clôture des commentaires et que nous n'avons pas pu finir, au sujet de Finntroll. Finntroll ne sont pas satanistes du tout, ils sont juste très Finlandais.

      Pour finir, il est vrai que peu de groupes de pagan/black metal sont réellement "païens" dans la vraie vie. Arkona est l'un des groupes pour qui c'est le cas, ils ne sont néanmoins pas les seuls. Je sais de source sûre que des membres du groupe Letton Skyforger pratique également les anciens rites lettons. Si un jour vous avez la chance de venir participer à une des nombreuses festivités traditionnelles en Lettonie, et en particulier une festivité Dievturi à Lielvārde, vous aurez sans doute l'occasion de les croiser ;-)

      Supprimer
  13. Suite et fin :

    De même, la phrase "à être conquises par des idéologies nauséabondes : racisme et xénophobie mais aussi national socialisme, facisme, extrême gauche. " J'éviterais de prononcer un LOL à l'évocation de l'extrème gauche au sein des idéologies nauséabondes, "l'égalité, la solidarité, l'écologie, le rejet de la domination sans partage du peuple par les élites, baaaah..." mais fermons céans la parenthèse...
    Effectivement, il y a des groupes NS dans le black metal et également des auditeurs, ne nous mentons pas(vous citez la Scandinavie et je pense que ceci est loin d'être l'endroit où c'est le plus marqué à part peut-être chez Satanic Warmaster, il y a bien plus de groupe d'extrème-droite assumé voir assimilable au néo-nazisme en France (notamment dans le Sud) et dans les pays de l'Est (Russie, Ukraine avec notamment les malheureusement excellents Nokturnal Mortum)mais je pense que leur proportion est quand même bien restreinte surtout comparé au 20% de moyenne que font les divers partis fascistes d'extrème-droite dans la majorité des élections en Europe.
    Bref, si ceux-ci revendiquent avec force une idéologie extrème, leur responsabilité quand à la montée des extrème-droite dans le monde et plus particulièrement notre région, c'est vraiment Peanuts, passez-moi l'expression.

    Pour finir avec votre conclusion et même si tout n'est pas à jeter, le fait que les contre-valeurs sociétales soient je cite, "par conséquent condamnables d'un point de vue moral" reste à prouver. L'unicité des valeurs au sein d'une population est une utopie totale et pourrait même être dangereux pour la diversité. Que ces valeurs dérangent vos acquis, vos conceptions et les principes moraux qui sont votre, je l'entends très bien et cela ne me dérange pas de vous l'entendre dire.
    En revanche que d'un point de vue universel, sans distinction, les paroles et l'imagerie de certains groupes (puisque c'est bien de cela dont il est à l'origine question) doivent être condamné et considéré comme dangereuse et persona non grata dans la société actuelle, je ne saurais cautionner ce point de vue, d'autant que la grande majorité des êtres humains possède, dieu merci, des vertus qu'ils ont acquis durant leur éducation et qui les préserve de toute action anti-sociale malgré les messages qu'il peut glaner de ci de là... et ce quels que soit ces messages
    Fraternellement
    Bakounine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Bakounine

      Pas mal du tout!!! Je trouve votre argumentaire intéressant, mais certaines choses me font tiquer:

      Je me permets de vous citer : "parce qu'à ce compte-là, autant interdire une bonne part des écrits romantique du 19ème (écrit souvent d'ailleurs par des auteurs puissamment catholiques conservateurs : Chateaubriand, Lamartine).

      De même, poser le paganisme en tant qu'anti-christianisme est un peu fort, autant considérer le bouddhisme, l'Islam, le judaisme, l'agnosticisme comme de l'anti-christianisme... Qu'un groupe veule raconter des histoires de dieux norvégiens ou de la guerre des Gaules en jouant de la cornemuse, je vois mal où est l'anti-christianisme là-dedans."

      Je reviens d'abord sur le romantisme. C'est, je pense, une des causes importantes du succès populaire de la musique rock, si ce n'est la plus importante. Je ne veux pas dire par là bien entendu que l'écoute du rock mène au suicide... Je veux dire par là que cet esprit romantique est indissociable de l'esprit de cette musique. Emotion, ressenti, et encore émotion. Bien sûr, ça marche également pour le BM.
      Je me permets juste de dire que le romantisme, dont le père littéraire en France est Chateaubriand, auteur très chrétien s'il en est (ce qui me fait doucement rigoler...), a été décrié par... Chateaubriant lui-même dans les Mémoires d'Outre-Tombe, usant de termes très durs contre les "Renés prosateurs et poètes". C'est peut être même le premier à dénoncer les "tendances suicidaires" de ses jeunes lecteurs...

      Pour votre reflexion sur le paganisme et le bouddhisme, vous n'y voyez pas d'anti christistianisme... Je conçois, de prime abord, ça n'est pas évident... Pourtant, Wicca, cette église de sorcellerie fondée par Gerald Gardner, l'auteur du "Livre des Ombres", grand occultiste, encourage le paganisme. Aleister Crowley, le père du satanisme moderne s'est initié au boudhisme. Alice Bailey, fondatrice du mouvement New Age prétend avoir reçu tout son savoir par télépathie d'un prêtre bouddhiste... Ne trouvez vous pas cela curieux ?
      Personnellement, moi, je trouve ça curieux, et je vous invite à lire à ce sujet le Père Joseph Marie Verlinde : son livre : "Les impostures anti chrétienne des apocryphes au da vinci code"... Si ça vous intéresse...
      Fraternellement (dans le sens chrétien, bien sûr!) !!!

      Supprimer
    2. @ Bakounine,
      D'abors, permettez-nous de vous adresser nous aussi un salut fraternel !
      On est bien ok avec vous, ce genre muiscal n'est pas que sataniste et anti chrétien au sens où beaucoup l'entendent : violent. Il n'en demeure pas moins comme le souligne Etienneweb que ces attitudes sont d'une part encore très prégnantes dans le bm, mais pas seulement bien que le bm soit davantage impacté que d'autres styles, et d'autre part que le hellfest en assure encore la promotion et de quelle manière : il suffit pour cela de lire les annonces sur le site officiel.
      L'individualisme que le satanisme laveyen encourage ne touche du reste pas que le bm.
      L'irrespect et la violence exprimés envers les chrétiens au travers des groupes programmés n'est pas acceptable parce que non seulement elle est discriminatoire mais plus encore participe objectivement à la division. Ce sont là des contre valeurs objectives et il n'est pas besoin d'être chrétien pour le comprendre.
      Elle est d'autant moins acceptable qu'elle est financée par des pouvoirs publics qui mettent en avant le bien vivre ensemble et la tolérance au nom des valeurs du socialisme et qui en la matière font objectivement l'inverse. ( on ne s'étendra pas sur l'initiatives du conseil régional passant par dessus l'autorité parentale en diffusant le pass contraception aux mineurs avec l'argent des contribuables là encore ). On est clair : ces autorutés ne seraient pas socialistes que nous écririons exactement la même chose.
      On ne s'étendra pas sur le mariage pour tous : il y a tant de choses à dire que ce serait trop long et ce n'est pas l'objet du blog. On dira seulement que l'on est sur cette question sociétale dans l'ordre de la subversion et de la contre culture au sens où gramsci en a défini les contours idéologiques et les leviers d'action, repris par Christiane Taubira " changement de civilisation" et l'innénarable caroline fourest " la loi naturelle est faciste".
      Fraternellement

      Supprimer
  14. J'ai lu avec attention ce billet et partage le point de vue de Nicolas Rousseau : un billet de qualité. Ce n'est pour moi pas le premier cependant.
    Dire en quoi les assertions de l'orga du hellfest sont à prendre en compte avec sérieux avec une argumentation qui tient la route, voilà qui est plutôt bien et qui donne de la perspective et du sens à ce que j'ai pu lire depuis quelque temps.
    J'ai particulièrement apprécié les explications relatives aux relations bm-identirartisme-puissance-nietsche-paganisme-satanisme-occultisme-anti christianisme.
    Sans doute que le curseur n'est pas à positionner au même endroit pour tous les groupes de bm mais cela ne change en rien la nature de celui-ci : sans doute eut-il fallu le préciser à nouveau dans la conclusion.
    Mais pour le reste, plutôt convaincaint.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michèle,

      Si tout ce que vous avez retenu de mon commentaire c'est que le billet est de qualité, c'est un peu dommage. Je pense que le mot le plus important de mon commentaire était : ET ALORS?

      Mais c'est vrai qu'il est bon de rappeler qu'il est de plus en plus rare de voir des articles argumentés ici.

      "les explications relatives aux relations bm-identirartisme-puissance-nietsche-paganisme-satanisme-occultisme-anti christianisme" Je trouve au contraire que c'est de loin la partie la plus nébuleuse de l'article. Le triple commentaire de Bakounine est d'ailleurs particulièrement explicatif sur ce sujet (et sur les autres).

      Supprimer
  15. Vous oubliez sans doute tous les liens vers le Fantastisque de JRR Tolkien (Mayhem, Burzum ...)
    je suppose que ce n'est pas non plus votre tasse de thé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mayhem et Burzum fils spirituels ou usurpateurs de l'esprit de Tolkien ? Quant à moi, je n'hésite pas une seconde entre les 2 !

      Supprimer
    2. Peut être aucun des deux.
      Peut être juste des mecs qui ont lu le seigneur des anneaux et qui se sont imprégné de l'univers pour faire de la zic sans chercher à se revendiquer de quoi que ce soit vis à vis de l'écrivain (en tout cas pour Burzum, Mayhem ne s'étant jamais inspiré de l'oeuvre de Tolkien).
      Ceci étant, les n°1 en la matière restent les autrichiens de SUMMONING.

      Qu'est ce que vous pouvez être binaire dans vos raisonnements et considérations.
      Commencez par savoir de quoi vous parlez et revenez en discuter ensuite.

      Supprimer
    3. Le christianisme est un élément influent chez Tolkien. Il est évident qu'ils ne peuvent être des fils spirituels (Summoning, autre groupe de bm, peut être vu comme tel, en revanche). Doivent-ils pour autant être des usurpateurs? On peut s'inspirer de la littérature de façon neutre (d'autant que le texte en question y est assez propice), et il me semble que c'est le cas ici.

      Supprimer
    4. Pourquoi fils spirituels ? On parle de fantasy, pas d'écrit saint. Pourquoi ne pas admettre que l'on puisse simplement être admiratif d'un univers créé par une autre personne et qu'on veuille s'inspirer de sa création pour d'une part la propager, et d'autre part la vivre ? Si c'est usurper Tolkien de mêler des récits de la terre du milieu à une musique angoissante, mais qu'en est-il de Peter Jackson ?!

      Supprimer
  16. Je ne me prononcerais pas sur le BM tout simplement parce que j'accroche pas trop et par conséquent je m'y connais pas...

    Mais de quel droit vous permettez vous de juger les cultures anciennes ? Ces cultures que vous (la chrétienté) avez annihilé / évangélisé avec une certaine réussite.

    "... la "culture jugée aliénante",surtout la culture chrétienne, en valorisant, en opposition, les cultures du passé et païennes."
    Évidemment que votre culture est jugée aliénante pour la culture "païenne" (entre "" car c'est un un terme péjoratif que vous avez inventé.) Ses concepts et tout son univers est démonté par vos soins, puis réadapté à une vision plus en forme avec votre réalité. Les cultures païennes ne sont pas anti-chrétienne, par contre la culture chrétienne est foncièrement anti-païenne.

    Quant à la pensée nietzschéenne, au risque de susciter des amalgames de plus de votre part, j'ai un avis totalement opposé au votre. Pourquoi assimiler ce rejet de la chrétienté à un amour surdimensionné du moi et la toute puissance de sa propre personne ?! C'est une extrapolation extravagante ! Ma vie m'appartient, elle est à moi et à moi seul, j'en suis le maitre absolu, et je le répète au cas ou ce serait déjà oublié, le maitre absolu de MA vie. En quoi ça fait de moi un être égocentrique que de vouloir vivre comme je l'entend? Qui a dit que ça me rendait complètement apathique vis à vis de l'humanité ? Je me soucie de mon prochain, ça me parait même aberrant de devoir le dire!
    Je pense que quoique vous fassiez, et quoique je dise, il y aura toujours a redire, du coup tout vos débats ne mèneront jamais nul part car il y aura toujours du BM (et bien d'autre style artistique) pour remettre en cause votre vision du monde par rapport a la leur, autant qu'il y aura toujours des gens pour en être offusqués. Et encore heureux que le monde tourne ainsi, la preuve de la diversité.
    Et ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit, je ne cautionne pas la violence de quelque nature qu'elle soit...

    En ce qui concerne la musique, je suis vraiment navré que vous n'ayez jamais rien ressentit en en écoutant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si, on ressent nous aussi. Et on écoute aussi. On lit et on regarde également.Et force est de reconnaître que si le metal ne se résume pas au satanisme, à l'occultisme et à l'anti christianisme, le bm, lui, en est fortement imprégné.

      Contrairement à ce que vous affirmez, le christianisme n'est en rien aliénant et n'empêche nullement d'être libre, au contraire.

      Supprimer
    2. J'affirme que le christianisme est aliénant de la même manière que vous affirmez qu'être son propre dieu est dangereux. Nos points de vue divergent et pour nous comprendre il faudrait renoncer à tous ce qu'on incarne, ce que vous comme moi sommes pas prêt de faire. C'est pour ça que je trouve la plupart des débats ici stériles dans la mesure ou chaque coté n'a aucun outil pour comprendre l'autre. Ça reviendrait dans mon cas à construire une cathédrale en sable et pour vous a jouer du BM avec une passoire.
      Cela dit ça n’empêche pas de vouloir appréhender le concept mais ça donne automatiquement lieu à des prises de position et des réactions plus ou moins "violentes".

      Supprimer
  17. Désolé du double poste mais j'aimerais que vous m'apportiez une lumière sur l'utilisation du lien hypertexte dans l'avant avant dernier paragraphe en tout petit... Parce que j'avoue avoir été assez surpris par le contenu! Mise a part le fait que le dit paragraphe est complètement sortit de son contexte, mais je ne vais pas paraphraser nicolaslebrun2000, il regroupe une grande partie de tout ce que les metalheads tente de vous dire sur quasi chaque billets.
    Alors la logique veut que vous ne piochez que ce qui vous intéresse, mais ça ne colle pas avec votre façon de faire, vous êtes plus sérieux que ça, vous étudiez bien vos sources. Mais alors pourquoi utiliser un article qui ne va pas du tout en votre sens ?! Et surtout pourquoi ne pas prendre en compte toute la partie sur les préjugés et les quelques infos sur le second degré ?
    J'avoue être assez étonné de la chute de ma mâchoire inférieur sans cesse plus grande à la lecture de certains billets. (pas tous!) En vous lisant, j'ai rit, j'ai été indigné, j'ai été choqué, j'ai été d'accord, j'ai été indifférent. Mais force est de constater qu'avec toute ma volonté, je n'arrive pas à accorder du crédit à vos insinuations. Pourtant à la base je serais plutôt de votre avis concernant la violence des textes gratuite, mais non, pas moyen en vous lisant et en me documentant, de prohiber ce courant musical, au contraire j'aurais tendance à leurs accorder du crédit. (au BM provoc hein, pas au NSBM)
    Enfin, j’espère que vos actions auront une ou deux retombées positives même minimes (pas pour le hellfest bien évidemment :) ), ce serait dommage de donner tant d'énergie inutilement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos lectures ne s'arrêtent pas à celles qui critiquent le metal et nous nous en faisons un devoir. Concernant le texte que vous soulignez, il fait justement partie d'un très long article plutôt éloquent sur le metal mais sans grande surprise quant à l'argumentation développée, notamment concernant les préjugés et le second degré. Le texte en question y a été mis ( il y a bien d'autres sources) tout simplement en guise d'illustration.
      Nous vous invitons à faire de même et vous plonger de temps en temps dans l'évangile ou dans la pensée sociale de l'église : vous ne perdrez pas votre temps mais risquez, c'est vrai, d'y découvrir bien plus de richesse que vous ne pouvez l'imaginer et pour le coup de ne pas vous décrocher la mâchoire mais de "tomber sur le cul".

      Supprimer
    2. "Nos lectures ne s'arrêtent pas à celles qui critiquent le metal et nous nous en faisons un devoir"
      C'est tout a votre honneur.

      Je n'ai certes pas lu l'évangile, ni la bible entièrement, j'ai été forcé a faire quelques séances de catéchisme, en tout cas je n'ai pas le savoir que vous pensez que je devrais avoir pour donner mon avis ici c'est certain. Mais je n'ai malheureusement pas le temps pour lire tous les documents nécessaire pour avoir un avis équitable en tout point, j'en ai pourtant un, en accord avec mon éducation et la vision que j'ai du monde. Et elle est foncièrement contradictoire en tout point avec la votre.
      Mais ce n'est plus vraiment le sujet (que j'ai moi même dévié, navré)

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salutations blabla :
      Il n'était nullement dans les intentions de ma parenthèse de porter les opinions de l'extrème-gauche ni leurs manifestations au pinacle et surtout pas les atrocités commises par les pseudo-ténors des mouvements communistes dans l'histoire, le but était simplement de mettre l'accent sur la différence manifeste qui différencie pour moi les idéologies ici juxtaposées par PHCS.
      En l'occurence que racisme, xénophobie, national socialisme, fascisme sont des idéologies basés sur des "haines" à défaut sur des sentiments de supériorité que l'on peut juger comme nauséabonde.
      Alors que je ne vois pas ce que l'on peut qualifier objectivement de nauséabond dans l'IDEOLOGIE de l'extrème-gauche, évidemment que son application ne peut qu'amener à des excès et même porter les fruits d'un certain danger sociétal, mais l'idéologie en elle-même, absolument pas réaliste si vous voulez, ne saurait être considéré comme "nauséabonde".
      Évidemment, je suis quasiment persuadé que vous êtes politiquement plus marqué à droite que moi tout comme la majorité des opposants au Hellfest et c'est votre droit le plus strict à vous comme à eux. Mais l'énonciation sur un même plan de ces idéologies sur le même plan est une maxime typique de la "vraie droite" et me hérisse. C'est notamment la raison pour laquelle j'ai fait un peu de provocation en faisant le militant gauchiste de base lorsque je parle des "partis fascistes d'extrème-droite" plus loin.
      En même temps, retenir uniquement ces trois phrases sur ma réponse, cela signifie juste que j'ai touché une corde sensible...
      Sinon, votre dernière phrase n'est pas fausse et peut être généralisé à tout style musical sans exception... Mais pouvez-vous me dire où vous voyez un combat contre le diktat de l'universalisme chez Absu, Summoning ou encore Dark Fortress (les 3 premiers groupes qui me viennent en tête, ne cherchez pas d'autres raisons...)
      Fraternellement si vous le permettez
      Bakounine

      Supprimer
  19. Un article en effet étonnamment construit quand on compare avec ceux qui l’ont précédé ces dernières semaines :

    - Un article sur Hypocrisy rempli d’erreurs et d’approximations, où PHCS continu de montrer sa tendance à définir arbitrairement comme « satanistes » des groupes qui ne le sont pas du tout, preuve d’un manque incroyable de sérieux dans sa recherche et d’une sacré tendance à mener une chasse aux sorcières plus qu’une réelle contestation.

    - Toujours dans ce manque de sérieux dans les informations proposées, la reprise de l’article de « La Vie » sur la présence d’une chapelle au Hellfest qui était en fait le poisson d’avril d’un webzine –l’erreur est pourtant précisée clairement sur le lien donné sur le blog-. Recouper ses informations, pourquoi faire ?

    - Reprise de propos anti-Hellfest d’une conseillère régionale sans préciser qu’il s’agit d’un membre du parti d’extrême-droite qu’est le Mouvement Pour la France, véritable nid à catho intégristes. Au regard du présent article où PHCS souhaite montrer l’affiliation entre black metal et extrême droite, je trouve la chose assez ironique.

    - Un article reprenant de courts passages de textes de certains groupes sans rien d’autre derrière. Arguments ? Développement ? Aucun.

    - Et toujours aucun chiffre concret sur les subventions du Hellfest, véritable running gag.

    Le fait que cela soit plus construit que d’habitude n’enlève rien à l’inanité du fond de la réflexion proposée ici.

    Tout d’abord, comme certains l’ont fait remarquer, on observe la sempiternelle reprise de l’orga du Hellfest : "le black metal est par nature anti chrétien et sataniste". Sauf que personnellement je suis fan de black metal mais je ne le considère pas pour autant comme étant par nature « anti chrétien et sataniste ». Le fait que je considère la chose différemment signifie donc qu’il ne s’agit pas d’une propriété inhérente au black metal mais simplement de l’opinion personnelle de certains. Cette phrase – tant utilisée pour essayer de montrer que le black metal dans sa globalité est le mal- n’a donc strictement aucune valeur, ne reflète rien de concret.

    Mais bon, il semble que certaines personnes semblent ici savoir mieux que nous ce que nous pensons. Appeler des scènes « Altar », « Temple » et « Valley » ne peut être l’application de simples références, tant nous sommes incapables d’humour et de détachement. Il s’agit forcément d’une démarche occulte prouvant notre haine des chrétiens, oui oui oui… Pensez-vous, appeler la scène liée au death metal « Altar » en référence à cet album fondamental du death metal qu’est « Altar of Madness » de Morbid Angel –en tout cas c’est comme ça que je vois la chose- c’est impossible voyons, nous ne pouvons décemment pas penser comme ça car cela ne correspondrait plus à la vision que certains se font de nous. Sophisme quand tu nous tiens.

    En parlant de sophisme c’est d’ailleurs une excellente définition de tout l’article tant on peut le résumer de la façon suivante : « le black metal est le mal donc c’est mal ». Voila, merci.
    La tournure peut néanmoins rendre la chose cohérente aux yeux de ceux qui n’y connaissent rien. En effet, comment ces gens pourraient être étonnés du fait que l’article ne dépeint le black metal que sous certaines thématiques bien choisies, nonobstant celles qui parlent moins, qui font moins peur (onirisme, psychdélisme, Histoire, fantastique, philosophie, critique sociale, écologie…). Manipulation habituelle, et qui recoupe la phrase choc d’accroche. "Le black metal est par nature anti chrétien et sataniste" ? Et ben non, c’est bien plus complexe que ça mais qui dit complexité dit impossibilité des jugements à l’emporte pièce et des mises arbitraires au pilori. Et ça c’est ennuyeux, autant jeter l’opprobre sur l’ensemble d’un genre musical (qu’à l’évidence les tenants de ce site ne comprennent pas et ne peuvent intrinsèquement comprendre), c’est bien plus « démocratique ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins avec vous, l'argumentation est à la hauteur du débat. Un seul exemple suffira : "Reprise de propos anti-Hellfest d’une conseillère régionale sans préciser qu’il s’agit d’un membre du parti d’extrême-droite qu’est le Mouvement Pour la France, véritable nid à catho intégristes."
      Et vous osez évoquer l'inanité de la réflexion et finir votre post sur des leçons de démocratie !

      Supprimer
  20. Je n’irai pas beaucoup plus loin tant à mon sens Bakounine a très bien cerné le sujet, seul la limitation (nouvelle ?) du nombre de caractère me fait poster un second message. Tout au plus finirais-je sur la perplexité dans laquelle me laisse cette phrase : « Le black métal n'est en effet pas une "musique" comme une autre parce qu'elle ne s'écoute pas mais se ressent ». Il m’est donc impossible de simplement écouter du black metal et aucune autre musique ne peut se ressentir ? Rien que cette phrase met tout le reste par terre tant elle transpire l’argumentation biaisée et partisane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dudule a écrit : "Bien sûr que l'émotion suscitée est l'objet premier de la musique bm ! Une émotion plus ou moins savamment orchestrée et mise en scène en cas de concert et le tout au service du concept, d'un message si vous préférez. Pourquoi s'en offusquer, ce n'est d'ailleurs pas seulement vrai pour le bm ou la seule musique. Reste à déterminer la nature du concept et là le bm n'est pas l'oie blanche."

      Supprimer
    2. Oui Dudule a écrit une phrase plus pertinente que celle de l’article. Nous sommes donc d’accord, la phrase « Le black métal n'est en effet pas une "musique" comme une autre parce qu'elle ne s'écoute pas mais se ressent » ne veut strictement rien dire et tient plus de l’effet de manche sensationnaliste.

      Et sinon ? Pas envie de rebondir sur les fausses informations que vous propagez ou sur votre manie d’utiliser la qualification « sataniste » à tout bout de champ et de façon le plus souvent erronée?
      Ni le désir de développer sur vos interprétations –qui ne peuvent être que la vérité bien entendu- de la signification des noms des différentes scènes ?
      Encore moins sur la vision particulièrement et volontairement réductrice – et donc inexacte- du black metal que vous présentez ici ?

      - A ce niveau notons l’évolution : avant le problème c’était les groupes « anti-chrétiens », ensuite les « occultes », ensuite ceux « d’une extrême noirceur » et maintenant le problème est le black metal dans son ensemble, toujours plus ! –

      Ah non, j’ai qualifié un parti politique se basant sur les cathos tradis, les royalistes et des transfuges du front national de « parti d’extrême droite » et de « nid à cathos intégristes » (l’appartenance à l’UMP ne dédouane en rien tant celui-ci, depuis Sarkozy, a pour volonté affichée d’intégrer en son sein les droites les plus radicales), apparemment cela permet d’éviter de répondre sur les autres sujets ainsi que clairement sur celui-ci.
      Allez, comme je suis magnanime je retire le « nid à catho intégristes » qui a pu vous offusquer. Mais cela enlève-t-il quoique ce soit à l’absurdité de dénoncer un «lien entre extrême droite et black metal » alors que juste avant vous repreniez les propos d’une élue… d’extrême droite ?

      Quand aux leçons de démocratie, nous sommes tous deux très bons à ce petit jeu.

      Supprimer
    3. Ah le slogan d'extrème droite appliquée à cette élue du mpf ! Visiblement, vous ne LA connaisssez pas.Si ?
      Quant aux fausses informations diffusées sur ce blog, vous êtes en la circonstance plutôt mal placé pour donner des leçons puisque vous ne revenez que partiellement sur vos propos qui ne reposent que sur du vent.

      Supprimer
    4. Le positionnement politique du Mpf a effectivement le popotin entre deux chaises, tiraillé par les idéaux propres à la droite traditionnelle et par ceux de lextreme droite (souverainisme, nationalisme, place importante du catholicisme, régionalisme).

      Supprimer
    5. Spartacus, la pertinence et la profondeur de votre argumentation est en effet parfaitement à même de me convaincre du "vide" de mes propos, je ne peux que rester coi face à une telle éloquence et m'agenouiller face à votre incroyable talent dans l'art de la dialectique. (Ironie...)

      Et apparemment il est possible de qualifier l'ensemble des auditeurs/musiciens de black metal comme étant des narcissiques nihilistes satanistes anti-sociaux aux tendances fascistes et auto-mutilatrices -vu l'absence de nuances de l'article, est-ce que le trait est tellement grossi?- mais par contre associer le terme "extrême-droite" à une élue d'un parti politique à la couleur marquée, alors là, non non non! Quel irrespect!

      Non mais c'est vrai, c'est cohérent, j'avoue.

      Supprimer
    6. @ Biniou,
      Donc, et c'était bien ce que je pensais : vous ne LA connaissez pas pas plus que vous n'apportez d'éléments factuels à la soi disante nature extrèmiste du mouvement dont se réclame cette élue.
      @ Biniou & Kaka,
      Je vous fais remarquer que le nationalisme ( idéologieque née au 19ième siècle et radicalement différente de l'idée chrétienne de la nation), passéiste ou pas mais surtout passéiste, est une thématique du bm metal mais pas seulement; qu'il existe bel & bien un bm de nature national socialiste et d'extrème droite ; que l'addendum, sous la plume du sociologue Nicolas Wlazer, met bien en évidence cet élément.

      Supprimer
    7. Je ne suis pas un spécialiste du bm pas plus que du metal tout court, aussi ne prendrai-je pas position dans votre débat.
      Par contre, je ne peux que vous encourager à vous informer en profondeur de l'esentiel du contenu de la pensée sociale de l'église ( mise en forme à partir du 19ième siècle) et facilement accessible via internet : nation, état, droits de l'homme, démocratie, valeurs, souveraineté, patrimoine, europe...
      Compendium

      Supprimer
    8. @Spartacus,
      "vous ne LA connaissez pas pas plus que vous n'apportez d'éléments factuels à la soi disante nature extrèmiste du mouvement dont se réclame cette élue."

      Et vous, vous ne connaissez pas le bm, pas plus que vous n'apportez d'éléments factuels au débat proposé sur ce blog.

      Supprimer
    9. J'attends les arguments de Biniou. Le nationalisme n'est donc pas une thématique du bm ? Il n'y a pas de bm national socialiste ? Et Nicolas Walzer ne connait pas le metal non plus ?

      Supprimer
    10. @ Spartacus:
      Des formations de black metal peut être nationaliste mais C'EST LOIN D'ETRE UNE OBLIGATION.
      Une preuve:
      http://www.summoning.info/Stuff/PoliticalStatements.html

      Et quant au MPF, ce mouvement est très à droite:

      Un politologue nommé Michel Winock donne des critères pour reconnaitre un discours d'extrème-droite:

      « la haine du présent », considéré comme une période de décadence ;
      « la nostalgie d’un âge d'or » ;
      « l'éloge de l’immobilité », conséquence du refus du changement ;
      « l'anti-individualisme », conséquence des libertés individuelles et du suffrage universel ;
      « l'apologie des sociétés élitaires », l'absence d’élites étant considérée comme une décadence ;
      « la nostalgie du sacré », qu'il soit religieux ou moral ;
      « la peur du métissage génétique et l’effondrement démographique » ;
      « la censure des mœurs », notamment la licence sexuelle et l'homosexualité ;
      « l'anti-intellectualisme », les intellectuels n’ayant « aucun contact avec le monde réel »

      Et force est de constater qu'il répond sur bien des points à ces critères:
      http://www.elections-presidentielles-2007.org/programme/100mesuresmpf.pdf

      Le black metal peut être d'extrème droite, mais les détracteurs du Hellfest peuvent aussi être de cette orientation politique.

      Supprimer
    11. Spartacus, si vous aviez lu avec attention ce billet, vous auriez pu vous éviter une remarque inutile.
      En effet, Cf mon billet du 22 avril dernier "Concernant le NSBM, si vous voulez vraiment informer le public néophyte, il convient également de quantifier le mouvement NS au sein de la scène mondiale BM.
      Selon le site metal-archives, seulement 350 formations de part le monde (et non principalement en Scandinavie, mais plutôt aux USA finalement) font du NSBM.
      Sur les 22536 groupes de BM référencés à ce jour dans le monde, ça représente presque rien."

      Bref, ça bien longtemps que je sais ce qu'est le NSBM et ce qu'il représente dans la scène Black Metal.

      Concernant Walzer, il a beau avoir fait Sorbonne, avoir pondu quelques écrits d'abord sur des webzine (feu Lords of Winter dans les années 2000) puis chez camion blanc, ça ne l'empêche pas d'écrire des idioties, à chercher à décortiquer l'indécortiquable. Quand par exemple, il évoque à propos de Rammstein "un accent militaire" en faisant l'addition entre langue allemande et R roulés, on est dans le pur fantasme et l'association d'idée digne des pires journaleux de presse musicale, visant le sensationnalisme.
      Tout de suite, ça discrédite pas mal la qualité analytique globale de la chose, même si tout n'est pas faut.
      Ceci étant, ce type paraphrase pas mal sur le sujet, les écrits et recherches de Soderlind et Moynihan.

      Supprimer
  21. @Bakounine

    Je vais vous répondre point par point.

    -Tout d'abord , s'agissant de l'extrême gauche et de son idéologie , je vous ferais quand même remarquer (et ce n'est pas un jugement de valeur mais un constat) que Proudhon qui était un des pères des mouvements d'extrême gauche était profondément antisémite comme l'ont été Staline et bon nombre de personnalités d'extrême gauche et que leur haine du capitalisme et de ses représentants était bien réelle.Personne n'est immaculé ,prétendre l'être confine déjà au discrédit.

    -Ensuite , je ne vois pas ce qui vous fait penser que je serais plus "à droite" que vous , surtout étant donné que je considère qu'il faut échapper au piège de l'appartenance à un partie politique.Encore une fois , un être humain libre n'est pas réductible à une couleur politique et surtout ne doit pas s'enfermer en en devenant dépendant.Le partie politique est une machine à simplifier qui conduit systématiquement au manichéisme ce qui est déjà intellectuellement condamnable et qui surtout , rend stupide.

    -Il ne s'agît pas de "toucher une corde sensible" mais plutôt de mettre les choses au claire , de les expliquer objectivement et sans faux-fuyants car dire que le BM est fasciste c'est juste absurde.Evidemment dire qu'il peut être identitariste est exact mais ça n'a rien à voir avec la politique , ce sont des donnés ethnico-culturelles inscrites par l'histoire et le temps.

    -Les thèmes abordés par ABSU sont le paganisme , la magie , l'occultisme ,l'ésotérisme etc ... ce qui est en soit anti-chrétien et donc anti-universaliste.Ce ne sont pas des attaques actives mais plutôt passives , par l'intermédiaire d'éloges des paganismes antiques et des singularités culturelles , spirituelles , des anciens peuples pré-abrahamiques.

    -Dark fortress je ne connais pas très bien car pas fan musicalement mais je suppose qu'ils parlent d'occultisme et là même raisonnement ,ils n'est pas question de répandre un dogme et d'en imposer mais de s'élever spirituellement par sois-même.

    -Summoning (génial par ailleurs) traite de l'univers de Tolkien.C'est assez particulier car le groupe utilise cet univers pour exprimer l'occultisme , la noirceur etc mais le "satanisme" représenté est , de la même façon que pour une grande partie des groupes ,un moyen d'exprimer l'opposition au dogme abrahamique pas forcément pour affirmer une croyance quelconque.

    Voilà ,j'espère avoir été compris.

    Pour revenir à l'article :

    Avez-vous remarqué que l'écrasante majorité des personnes écoutant du black metal ne nuisent pas à la société , ne brûlent pas des églises , et surtout ne portent pas atteintes à l'intégrité d'autrui ?

    Il existe comme dans tous les mouvements (religieux y compris) des excès et des certitudes mal canalisées qui peuvent conduire à nuire à autrui mais ce n'est pas une spécificité du BM.

    Vous parlez également du bm comme une sorte de secte mais la chrétienté n'est-elle pas au départ qu'une secte juive parmi tant d'autres ?

    Non le Bm n'en est pas une , il n'est pas liberticide.




    RépondreSupprimer
  22. Un addendum où l'on retrouve quelques réalités et images explicites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (suite)

      The ultimate expedient of Laibach is their deft manipulation of transference: their public (especially intellectuals) is obsessed with the "desire of the Other" -what is Laibach's actual position, are they truly totalitarians or not?- i.e., they address Laibach with a question and expect from them an answer, failing to notice that Laibach itself does not function as an answer but a question. By means of the elusive character of their desire, of the indecidability as to "where they actually stand," Laibach compels us to take up our position and decide upon our desire. Laibach here actually accomplishes the reversal that defines the end of psychoanalytical cure. At the outset of the cure is transference: the transferential relationship is put in force as soon as the analyst appears in the guise of the subject supposed to know - to know the truth about the analysand's desire. When, in the course of the psychoanalysis, the analysand complains that he doesn't know what he wants, all this moan and groan is addressed to the analyst, with the implicit supposition that the analyst does know it. In other words, i.e., insofar as the analyst stands for the Big Other, the analysand's illusion lies in reducing his ignorance about his desire to an "epistemological" incapacity: the truth about his desire already exists, it is registered somewhere in the Big Other, one has only to bring it to light and his desiring will run smoothly. The end of the psychoanalysis, the dissolution of transference, occurs when this "epistemological" incapacity shifts into "ontological" impossibility: the analysand has to experience how the Big Other also does not possess the truth about his desire, how his desire is without guarantee, groundless, authorized only in itself. In this precise sense, the dissolution of transference designates the moment when the arrow of the Question that the analysand pointed at the analyst turns back toward the analysand himself: first, the analysand's (hysterical) question addressed to the analyst supposed to possess the answer; then, the analysand is forced to acknowledge that the analyst himself is nothing but a big Question mark addressed to the analysand. Here one can specify Lacan's thesis that an analyst is authorized only by himself: an analysand becomes analyst upon assuming that his desire has no support in the Other, that the authorization of his desire can only come from himself. And insofar as this same reversal of the direction of the arrow defines drive, we could say (as Lacan does say) that what takes place at the end of the psychoanalysis is the shift from desire to drive.

      Si quelqu'un en fait la demande, j'essayerais de faire une traduction. Mais pas ce weekend. Mais bon, c'est pas du Slovène hein, ça reste de l'anglais.

      Supprimer
    2. Cette suite correspond en réalité au message suivant.

      Supprimer
  23. Musique & fascisme...
    Intéressante citation. J'y répondrai par une autre, du philosophe slovène Slavoj Žižek, qui parle ici du groupe de musique industrielle Laibach et du NSK, mais qui en réalité pourrait s'appliquer (à différents degrés) à de nombreux groupes de black metal.
    http://www.reanimator.8m.com/NSK/zizek.html

    [...]
    It is against the background of this constitutive tension of the Law between public-written Law and superego that one should comprehend the extraordinary critical-ideological impact of the Neue Slowenische Kunst, especially of Laibach group. In the process of disintegration of socialism in Slovenia, they staged an aggressive inconsistent mixture of Stalinism, Nazism, and Blut und Boden ideology. The first reaction of the enlightened Leftist critics was to conceive of Laibach as the ironic imitation of totalitarian rituals; however, their support of Laibach was always accompanied by an uneasy feeling: "What if they really mean it? What if they truly identify with the totalitarian ritual?" -or, a more cunning version of it, transferring one's own doubt onto the other: "What if Laibach overestimates their public? What if the public takes seriously what Laibach mockingly imitates, so that Laibach actually strengthens what it purports to undermine?" This uneasy feeling is fed on the assumption that ironic distance is automatically a subversive attitude. What if, on the contrary, the dominant attitude of the contemporary "postideological" universe is precisely the cynical distance toward public values? What if this distance, far from posing any threat to the system, designates the supreme form of conformism, since the normal function of the system requires cynical distance? In this sense the strategy of Laibach appears in a new light: it "frustrates" the system (the ruling ideology) precisely insofar as it is not its ironic imitation, but over-identification with it - by bringing to light the obscene superego underside of the system, over-identification suspends its efficiency. (In order to clarify the way this baring, this public staging of the obscene fantasmatic kernel of an ideological edifice, suspends its normal functioning, let us recall a somehow homologous phenomenon in the sphere of individual experience: each of us has some private ritual, phrase [nicknames, etc.] or gesture, used only within the most intimate circle of closest friends or relatives; when these rituals are rendered public, their effect is necessarily one of extreme embarrassment and shame - one has a mind to sink into the earth.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet addendum et la source. Voilà qui est éclairant.

      Supprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bm restera est anti chrétien et le restera : voilà qui a le mérite de la clarté. Par contre, ce que le christianisme a fait à l'Europe...

      Supprimer
    2. @ blabla,
      Votre commentaire a été involontairement supprimé. si vous voulez le reposter : il y était question de la supériorité des cultures viking et celte / christianisme.

      Supprimer
  25. Le blog du hellfest parle de vous : http://www.hellfest.fr/forum/viewtopic.php?id=11740&p=70

    RépondreSupprimer
  26. Il y a un film qui va sortir au cinéma le 5 juin : "Pop Redemption". Vous devriez peut être aller le voir ça pourrait vous faire prendre du recul! (Oui je suis un rêveur dans l'âme...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et dont une partie du tournage, si je ne m'abuse, a eu lieu sur le hellfest 2012.

      Supprimer
    2. Ba oui, c'est justement pour ça que ça pourrait vous faire prendre du recul... Après, je l'ai pas vu ce film, il peut bien entendu révéler au grand jour les monstrueux desseins des organisateurs, mais bon dans le doute je prends le risque !

      Supprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  28. Il me semble, d'un point de vue historique, que le black metal a fait moins de victimes que la religion chrétienne.
    Interdisons donc le christianisme, ses représentants et ses fidèles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bm est donc une religion ?

      Supprimer
    2. @Géronimo,
      soyez un tout petit peu attentif, mais je crois que vous avez mal lu le message précédent le votre!
      En tout cas, il me semble que personne ici n'a avancé que le bm était une religion. A l'avenir, lisez bien les messages des autres commentateurs!

      Supprimer
    3. Mais je suis attentif : Xelatine parle bien de bm et de religion chrétienne !

      Supprimer
    4. C'est tout à fait, je parle bien de musique ET de religion. A aucun moment je n'ai insinué que le bm serait une religion...

      Supprimer
    5. Oui, elle parle de bm et de religion chrétienne, pas de RELIGION BM!

      Supprimer
    6. @ Xelatine & Nicolas rousseau,
      "le black metal a fait moins de victimes que la religion chrétienne". Pour votre gouverne, l'expression " moins que " est une des expressions relatives à l'établissemnt d'une comparaison, n'importe quel bon dictionnaire vous le dira. Alors, plutôt que de dire que l'autre n'a pas bien lu ou compris...

      Supprimer
    7. Géronimo, PHCS cherche à mettre le focus sur la possible dangerosité du black metal, de par certaines IDÉOLOGIES qui peuvent être véhiculées par ce courant musical.

      Il est donc tout à fait possible d'établir une comparaison avec la religion chrétienne qui par certaines IDÉOLOGIES véhiculées (passé ou présent) dans ce courant religieux, présente une possible dangerosité. L'histoire en est témoin.

      Je ne vois pas pourquoi d'ailleurs l'établissement d'une comparaison devrait uniquement se faire entre deux choses de nature identique.
      Vérifiez dans votre dico, vous verrez.

      Supprimer
    8. Et alors? Si je dis que le stalinisme a fait plus de victime que le tsunami de 2006, j'en ai le droit, sans affirmer que le tsunami soit une idéologie politique, ni le communisme une catastrophe naturelle (quoique... ;-D)

      Supprimer
    9. @ Nicolas rousseau,
      C'est vrai que le stalinisme et le tsunami sont 2 choses de nature semblable ou comparables. A ce compte-là,je vous laisse le mot de la fin.
      @ Kaka,
      Comparaison ? On peut commencer par ce dont il est question beaucoup dans ces commentaires, à savoir l'idée de nation. Je me baserai quant à moi sur le livre officiel en la matière et suggéré par Romain : le compendium. Vous, votre "livre officiel", c'est lequel ?

      Supprimer
    10. Géronimo: Le code civil.

      Supprimer
  29. Sinon outre le fait de publier des messages étant des poissons d'avril pris au pied de la lettre, des pseudos lettres humoristiques, une page de garde d'un comptable et la censure de la plupart des topics, on reparle des subventions donc à quand la diffusion des délibérations du Conseil Municipal de Clisson, du département, de la région? A quand l'analyse des éléments techniques relatifs aux finances publiques des collectivités?
    En bientôt 3 ans on en est toujours au même point...ha non le festival a augmenté son volume d'accueil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poisson d'avril : répercuté en tt état de cause.
      Pseudo lettres humouristiques : en effet, pas que du second degré et on y reviendra.
      Censure de la plupart des topics : un brin exagéré.
      On reparle des subventions quand : au moment et de la façon que nous aurons choisi comme nous l'avons déjà écrit.
      On en est tjrs au même point : les connexions sur notre blog sont en constante augmentation. rien qu'aujourd'hui et à cette heure plus de 600.

      Supprimer
    2. @FFF,
      "le fait de publier des messages étant des poissons d'avril pris au pied de la lettre, des pseudos lettres humoristiques, une page de garde d'un comptable"

      En effet à croire qu'il s'agit en fait d'un blog humoristique. Si ça se trouve, ce sont les organisateurs du Hellfest qui ont trouvé un moyen intelligent de se faire de la publicité avec une bonne dose d'auto-dérision.

      Et si ce n'est pas le cas : @PHCS, à quand des vrais arguments? Il serait peut-être temps de répondre aux messages de vos commentateurs sans les balayer d'un revers de main? Dans cet article par exemple, certains se sont donné la peine de bien argumenter, sur plusieurs messages souvent, la moindre des politesses quand on réclame le débat, ce serait d'y répondre, non? Au lieu de cela, vous vous contentez de répondre aux messages qui vous arrangent, ou à réduire les arguments à des points de détails qui ne changent rien. C'est comme vos soit-disant informations sur les finances publiques, que du vent!

      Supprimer
    3. De nombreux commentateurs sont intervenus depuis la mise en ligne de ce billet et ont répondu à notre place.
      Auto dérision ? Au mieux, auto pub avec le même esprit et encore une fois avec la complicité des autorités publiques !
      Finances publiques, que du vent ? Vous n'avez pas les comptes et par conséquent...

      Supprimer
    4. Entre ne pas les avoir...et prétendre les avoir pour ne rien en faire avec, il n'y a pas grande différence au final.

      Pourquoi alors faire durer le suspense autour de billets qui n'annoncent rien de concret, en prétextant qu'il y ait un moment et une façon bien particuliers pour cela?

      Le fameux chiffre de 1M d'€ sur 6 ans est je pense, suffisamment réchauffé comme ça pour enfin vous décider à publier du concret et du neuf à propos des subventions.

      Supprimer
    5. Les commentateurs qui répondent à votre place suivent en général un schéma simple : ils prennent un détail, puis mène la conversation hors du sujet afin de la clore. Si c'est ce que vous appelez une réponse...

      "Finances publiques, que du vent ? Vous n'avez pas les comptes et par conséquent..."
      Visiblement vous non plus, la belle affaire! Si en effet vous aviez ces finances sous la main et que celles-ci pourraient être préjudiciable au Hellfest, vous n'attendriez pas pour les publier et attaquer le festival. Mais vous n'avez rien. Où alors prouvez-nous que j'ai tort!

      Supprimer
    6. @ Kaka & Nicolas Rousseau,
      Le collectif serait donc redevable envers vous de son action et de ses non réponses ou pas ? A mon avis, vu le ton que vous employez... et ce d'autant que vous faîtes vous aussi des impasees de taille comme celle-ci:
      "le concept ( cette notion revient d'ailleurs très souvent dans la bouche des groupes bm) est à la base de la musique bm et que cette conceptualisation est rarement gratuite : visuels, paroles, voix, instrumentalisation, mise en scène lors des concerts..."
      Ou celle-ci : "Fondamentalement ( par nature), le bm est identitariste et individualiste avec la sublimation du soi. Et partant : l'attrait pour l'occultisme et l'initiation, le paganisme et le satanisme au sens laveyen ou moins souvent violent et bien sûr l'adhésion à l'idée selon laquelle le christianisme serait l'ennemi de l'individu, de sa liberté d'action morale et intellectuelle."
      Je n'ai pas le souvenir opar ailleurs que vous ayez trouvé à redire à la programmation de all pigs must die, taake et bien d'autres groupes encore. Alors, demander des comptes, je trouve pas plutôt déplacé ou alors c'est un un écho à " une forme d'égocentrisme exacerbé et de confiance absolue en sa supériorité naturelle sur autrui"

      Supprimer
    7. @Popol,
      quand on prétend accuser quelqu'un de quelque chose, on apporte des preuves ou on ne dit rien. Le collectif fait un blog pour amener à un questionnement autour du hellfest, notamment au sujet de son financement (ici je crois que nous sommes d'accord. Le collectif PRÉTEND avoir des preuves d'un problème au niveau des comptes. Si ils veulent rouler le festival dans la boue, ils vaudraient mieux qu'ils s'appuient sur quelque chose. Ce n'est pas à moi, ni à Kaka qu'ils doivent des explications, mais à tous ceux qui sont concerné par le sujet.

      Sinon : "le concept ( cette notion revient d'ailleurs très souvent dans la bouche des groupes bm) est à la base de la musique bm et que cette conceptualisation est rarement gratuite : visuels, paroles, voix, instrumentalisation, mise en scène lors des concerts..."
      Le concept? Quel concept? Je peux vous citer 10 groupes de bm, reposant sur 10 concepts différents. Sortez des phrases complètes, qui ont un sens, et aucune impasse ne sera faite.

      "Fondamentalement ( par nature), le bm est identitariste et individualiste avec la sublimation du soi. Et partant : l'attrait pour l'occultisme et l'initiation, le paganisme et le satanisme au sens laveyen ou moins souvent violent et bien sûr l'adhésion à l'idée selon laquelle le christianisme serait l'ennemi de l'individu, de sa liberté d'action morale et intellectuelle."
      En effet le bm est individualiste. Pas dans le sens contemporain, dans le sens de nos sociétés individualistes et matérialistes (que le bm rejette), mais dans le sens d'une démarche introspective. D'où, en effet, l'initiation.
      L'occultisme, tout dépend ce qu'on appelle occultisme. La dernière fois que j'ai abordé la définition d'occultisme ici, je me suis rendu compte que personne n'en sait grand chose et c'est dommage. D'ailleurs, pour la plupart "l'occultisme" n'est qu'un pot pourri new age ridicule pour "faire genre".
      Le paganisme, où est le problème? Vous avez quelque chose contre?
      Le satanisme au sens laveyen, on revient dans le new age. De plus, pour croire aux dangers du satanisme, il faudrait déjà que Satan existe...
      Le christianisme ennemi de l'individu, ça se défend. Il faut déjà comprendre que la perception du christianisme en Europe est culturelle, le christianisme étant extra-européen, il a donc impliqué les peuples à différents degrés selon le temps et le lieu. Le rejet du christianisme dépend donc de plusieurs facteurs. La diversité du bm européen en fait d'ailleurs un outil sociologique intéressant car il montre à la fois une unité et une diversité dans les cultures européennes contemporaines. Et je vous invite à lire certaines de mes interventions dans cet article à ce sujet. Interventions où d'ailleurs personne n'a trouvé à répondre.

      Au sujet de All pigs must die et de Taake, je ne trouve en effet rien à redire à leur programmation (qui date un peu, soit dit en passant).

      Supprimer
    8. Popol:
      Dès lors que le collectif prétend s'engager à informer le public (CF l'onglet "qui sommes nous?, oui, j'estime qu'il est redevable d'une certaine transparence, notamment en ce qui concerne la question des subventions publiques, puisque c'est sensé être un des angles d'attaque principaux envers le festival.

      Si on est sérieux, crédible un instant, soit on lâche une vraie info, soit on communique pas du tout.

      Après, chercher à reprocher la forme (le ton employé chez les uns) pour essayer de ne pas justifier l'absence de fond dont fait preuve le collectif, c'est un peu court.

      De même que l'habituel couplet sur la moralisation, la prise de responsabilité, ou ce qu'il y aurait à redire (ou pas) sur les groupes que vous avez décidé d'épingler. Question auquel j'ai déjà répondu à PHCS d'ailleurs.
      Désolé, mais vous tournez en rond Popol.

      Supprimer
  30. "Ce qui retient au premier abord l'attention de l'observateur est la ritualisation et le recours à la symbolique et à l'ornementation religieuses. Ainsi voit-on, lors des concerts ou sur les supports audiovisuels, des croix chrétiennes et des pentagrammes inversés, le chiffre 666 ou des tee-shirts portant les slogans «Fuck me Jesus» (du groupe Marduk) ou « Cut your fleesh and worship Satan » (des Français d'Antaeus). Lors des concerts, des phénomènes de transe combinés à la présence de musiciens charismatiques galvanisent le public. Une théâtralisation de pratiques cathartiques (représentations sacrificielles) s'effectue selon des codifications prédéterminées. La dimension religieuse dépasse ici la simple passion pour une musique et ses pourvoyeurs de charisme, comme pouvait l'engendrer le rock Elle est inscrite au plus profond de l'imaginaire satanique, néo-païen, nietzschéen, négativiste déployé par les musiciens et les fans."
    Source : http://bouddhanar.blogspot.fr/2011/06/black-metal-la-subversion-extreme.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un lien encore une fois fort intéressant !

      Supprimer
    2. Et ce n'est pas le seul. En voilà un autre :
      http://leaule.com/humeurs/ethno-nationalisme-black-metal/

      Supprimer
    3. @ phcs

      Merci beaucoup pour les liens mis en ligne... Instrutifs, et finalement, il faut bien le dire, dans la droite ligne de ce que je pensais... Cela ne vient que se sur-rajouter à mes quelques sources qui vont fort heureusement toutes dans le même sens. Même les spécialistes sont de notre côté, quand ils sont honnêtes.
      en udp.

      Supprimer
    4. Deux liens très orientés, chacuns à leur manière, mais bon, des choses vraies malgré tout. Si on va outre le fait que le premier soit très généraliste et peu informé (on a du mal à voir ici le travaille d'un universitaire) et que l'auteur du second est très orienté à droite et se lance joyeusement dans la propagande, il y a beaucoup de vrai. Ensuite j'ai envie de demander : et alors?

      Supprimer
    5. @ PHCS: Le deuxième lien que vous avez donné mène vers des théories qui arrangent bien les nationalistes européens, néo-droitiers, et autres supremacistes blancs.

      Ils oublient que le son cru du black metal a été influancé par des groupes de trash metal, de punk hardcore et de crust punk (mélange de punk hardcore et de metal extrème) comme Amebix, Discharge, ou axegrinder. Ces groupes là sont plus proches des milieux anarchistes ou de gauche que des chantres de la révolution conservatrice ou du mouvement völkisch.

      Pour moi, le black metal est d'abord une collision entre Blind Willie Johnson pour l'univers sombre et froid qui influencera les formations de black metal ambiants et atmosphériques, Richard Wagner pour l'imaginaire et l'aspect épique, et Black Flag pour le bruit et la fureur (cf: Faulkner et Shakespeare).

      Donc pour le nationalisme racial et l'eurocentrisme, c'est un peu raté.

      De plus l'individualisme libertaire prôné par certains groupes de black metal est contraire aux doctrines nationaliste, fascistes et national-socialistes.
      Ces trois théories politiques exaltent la nation avant tout. Par conséquent, le comportement prôné sera plutôt le conformisme et l'obéissance. Donc l'affirmation de l'individu sera très difficile.

      Supprimer
    6. Suite de mon pavé:
      @ Etienneweb

      "Même les spécialistes sont de notre côté, quand ils sont honnêtes."

      Et donc, s'ils ne vont pas dans votre sens, ils seront automatiquement malhonnêtes? Les sciences humaines ont toujours été faites avec des théories et des écoles qui peuvent être antagonistes.

      Car j'ai trouvé un autre son de cloche sur le rapport metal-extrème droite:

      "Peu désireux, pour ces raisons pratiques et tactiques, de se cantonner à un courant particulier, d’y imprimer une marque autre que politique. Peu soucieux, même, de vouloir fonder un style propre ou d’avoir l’ambition de créer une œuvre personnelle et originale, la démarche de ces instrumentistes amateurs mués en professionnels de l’instrumentalisation, apparaît là profondément opportuniste et révélatrice d’une vision uniquement pragmatique de la musique, rabaissant celle-ci à n’être qu’un moyen en étant au service d’autre chose qu’elle-même. Basée sur la croyance d’un pouvoir persuasif de la musique, celle-ci se trouve réduite à n’être qu’un outil au service d’un discours, d’une idéologie. Dès lors, sa dimension créatrice et artistique passe au second plan puisque le principal critère d’évaluation n’est plus tant sa qualité intrinsèque, que sa capacité à remplir une fonction politique. Au nom de cette vision fonctionnelle, les groupes issus de la scène RAC se détacheront donc progressivement de leurs premières influences punk et oi!, jugées trop étroites, pour intégrer de nouvelles sonorités issues du metal afin de prendre pied dans un milieu attractif et prometteur, pour eux, car composé pour l’essentiel d’un public blanc et exhibant déjà toute une imagerie guerrière, paganisante, voire même fascisante. Certes, toute cette iconographie, plus clinquante que convaincante, était le plus souvent employée à des fins de dérision ou de transgression, mais, pour les groupes RAC, elle offrira une voie d’accès leur permettant de masquer, si nécessaire, un fond de conviction sous un masque de provocation.

      Le fait est que la scène metal, dans son ensemble et malgré les gloses faites à son encontre, ne se montrera guère réceptive à ce genre de message, les refusant quelquefois, les ignorant le plus souvent. Indépendamment des réseaux naziskins, ces idées seront néanmoins reprises et affirmées par une petite frange du black metal qui trouvera là une sorte d’aboutissement dans leur funeste surenchère visant à incarner le mal sous toutes ces formes, quitte, parfois, à faire voisiner, sans grande cohérence, le satanisme avec le national-socialisme. Campant une branche dissidente et relativement insignifiante du black metal, les tenants du NSBM*, national-socialist black metal, courant apparu les années 1990 dans les pays scandinaves, se voudront être, quant à eux, les « purs et durs » de cette tendance. Purs, ils condamneront la dérive commerciale du black metal et défendront une approche extrêmement underground de la musique. Durs, leurs textes feront ouvertement l’apologie du national-socialisme, du paganisme et de l’antisémitisme. Mais là encore, le NSBM, en tant que style, n’existera qu’à travers son orientation idéologique. Non organisée politiquement et peu soucieuse, ou incapable, de l’être, cette mouvance ésotérique ne suscitera pas non plus, à l’extrême droite, de convoitises particulière de la part de partis peu enclins, en matière de scandales et de publicité négative, à passer du « fascisme de pub » des « crânes rasés » au « nazisme de caves » de ces « têtes chevelus »."

      Source:
      http://tempspresents.wordpress.com/2009/04/25/gildas-lescop-des-differentes-tentatives-dinvestissement-de-la-musique-par-lextreme-droite/

      Enfin, bref:
      http://static.fjcdn.com/pictures/NSBM_f2cd95_1357036.jpg
      (Attention: humour noir)

      Supprimer
  31. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @PHCS, Etienneweb, Red Metalhead, Blabla,

      calmez-vous donc tous un peu. Dans sa (très) grande majorité le black metal (par là j'entends les musiciens et ceux qui les écoutent) sont apolitique. Parce que le black metal lui-même rejette l'idée de politique. Il rejette le monde contemporain de même que toutes les aliénations politiques de celui-ci. Il y oppose une certaine vision (romantique et idéalisée souvent, mais aussi directe et crue) des qualités de l'individu. Et c'est cette emphase appuyée plus particulièrement sur l'individu qui fait que le black metal rejette le politique, le domaine de la communauté.
      Alors n'y cherchez pas de gauche, de droite : le black metal s'en fiche royalement.

      En revanche, il est juste de dire (mais là ça devient un peu plus complexe) que le black metal, de par sa forme et son fond, pose des questions (sans jamais y apporter la moindre réponse, c'est l'antithèse du religieux) à son auditoire sur trois points : sur la relation de l'auditeur avec le monde (réel), sur la relation de l'auditeur avec la musique (symbolique), sur la relation de l'auditeur avec lui-même (imaginaire). Je vous réinvite donc à lire le philosophe slovène Slavoj Žižek, dont j'ai donné plus haut le lien vers un article. L'article en question concerne Laibach, mais peut s'appliquer à la plupart des groupes de black metal.

      Supprimer
  32. Le vrai, le faux BM. Le BM est ceci, le BM est cela.
    Vaste farce.

    Le BM est juste ce que l'on veut bien en faire.

    Le guitariste, fondateur et frontman de Mayhem (un des groupes pionniers de la scène BM) était bien un communiste affiché.

    RépondreSupprimer